Comme certains d’entre-vous le savent déjà, Xlatoc est maintenant un vieux routard du Web ; auteur du Nuage de Lumière, Chroniques lui consacre aujourd’hui un interview, pour le plus grand bonheur de son fan-club ! ;-)

Tout d’abord, peux-tu nous en dire plus sur toi-même ?

Je suis Xlatoc, 16 ans. J’entre en 1S Europ (y’a trop de Maths et pas assez de Bio). De mon « vrai » nom Jean-Khalil. Pour ceux qui s’interrogent je suis Franco-Libanais, et vous avisez de me dire que c’est les Arabes, pour un Libanais, c’est comme traiter un Elfe de Saurus. En dehors des cours, je fais du Karaté, du piano Jazz, des Scouts de France (là c’est pareil, confondez pas avec Scouts d’Europe  ), je donne des cours de catéchisme, et je prépare ma Confirmation (ben oui, je suis Chrétien Maronite). Sinon, je lis beaucoup, je joue aux JDR :Warhammer JDR, In Nomine Satanis/Magna Veritas (J’aime les paradoxes), bientôt AD&D, à Warhammer (Hommes-Lézards, mais gentiment, demandez à Lorindil et Kundïn) et à Confrontation (Lions d’Alahan, les meilleurs ;-) (c’est aussi mon avis, vive Alahan ! NDLR). Également, on ne peut s’en passer, les jeux vidéos (tout ce qui est RPG et aussi Bushido Blade). Et bien sûr, mon loisir préféré, c’est l’écriture : Visions Fantastiques, Le Nuage de Lumière, et un GTC sur les Elfes qui devrait arriver ici sous peu… Sinon, ben, j’habite dans le Doubs (25) à Geneuille, un village perdu comme j’aime à côté de Besançon.

 

Quels sont tes rapports avec le Fantastique ?

Avec le Fantastique, c’est simple, je suis tombé dans une marmite quand j’étais petit. D’abord, ce fut toute la bibliothèque rose (Larmal’œil, Basile, l’Arbre de tous les Ailleurs). Bon, OK, c’est pas évolué mais c’est fantastique. Ensuite, ce fut les Philippe Ebly, que j’ai adorés (surtout les Evadés du Temps), Jim Spark, Jules Vernes, et toutes le mythologies (surtout Hindoue et Aztèques) ainsi que les contes et Légendes d’un peu partout. A noter cependant que je n’ai jamais accroché aux Cendrillons, Chair de Poule et autres. Evidemment, les Livres dont VOUS êtes le Héros (surtout la Voie du Tigre), et la série Quasar, inconnue mais très bien. Vinrent les Star Wars, Animorphs, et puis un jour Les Chroniques du Chevalier-Dragon, qui, malheureusement, comme tous les trucs qui m’intéresse, ne sont jamais commandés par les librairies. C’est de Thorarinn Gunnarsson, et je vous le recommande, c’est FABULEUX. C’est CA, ma grande vie de l’Héroic Fantasy. Sinon, il y a eut l’Ombre Pourpre (Salvatore), Elminster, Bilbo et le Seigneur des Anneaux bien sûr, quoique je fus un peu déçut par ce dernier, mais emballé par les poèmes. Je lui préfère les Aventures de Tom Bombadil (conseil : achetez-le en Anglais, le Français est pourri). Sinon, récemment, c’est Dune qui me botte, et je vais me mettre à Terremer et Au Temps des Chiens. Du reste, si je devais dire les BD, Mangas, Comics, j’en sortirais pas.

 

Et la littérature plus classique ?

Avec ce qui sort de l’HF, je lis surtout Molière, mais j’adore Cyrano. Il y a aussi Arsène Lupin, Balzac, Sophocle (NAAAANNN pas Tacite pitié) et une kyrielle d’autres dont j’ai oublié le nom.

 

Qu’est-ce qui te motive pour écrire ?

Je crois que ce qui me motive le plus, c’est l’envie de faire plaisir à ceux qui me lisent, de laisser un message, un poème, un autre monde pour s’évader à ceux qui n’ont pas la chance de rêver. Le rêve, c’est la chose la plus belle que nous ayons, ne la gaspillons pas, mais usons-en sans aucune modération, et partageons-la.

 

Comment te vient l’idée de tes récits ?

L’idée du Nuage de Lumière m’est venue tout bêtement. C’était sur le Forum de Lelfe, qui n’était à l’époque que la petite boîte à bafouille dont peu se souviennent (normal, on était huit dessus). J’ai lancé un message, où je disais que les récits fantastiques avec Humains, ça m’énervait, parce que je trouve que les Humains n’ont rien de mystique, ou pas assez pour s’inclure dans le fantastique. J’ai dit aussi qu’on pouvais faire un récit très bien, avec des points de repères suffisants (c’était l’argument principal de ceux qui ne m’approuvaient pas), sans Humains, et que je tenais le pari. Bon, en fait, j’avais l’idée avant, mais c’était pour savoir si elle allait être bien reçue. J’avais toujours eut envie d’écrire, mais c’est ça qui m’a confirmé que je le pouvais, voire le devais. Mais, je parle d’Humain dans le Nuage de Lumière ? Normal, mais c’est la surprise.

 

Comment procèdes-tu pour écrire ?

J’écris comme ça vient, un peu. En fait, je me dis : dans ce chapitre, il se passera ça, et ça et ça, je mettrai des chansons, ou des poèmes ici et là, et je me lance. L’inspiration vient en écrivant, et j’étoffe au fur et à mesure que se déroule l’action sous mes yeux. Je vois ce que je veux, et je l’écris. Pour les poèmes, c’est le plus important, car j’y attache une énorme importance. C‘est le reflet de l’âme de l’auteur, ses yeux dans le livre, sa pensée principale. J’essaye d’en mettre au moins deux par chapitre. Leur conception varie d’une semaine pour l’Histoire d’Harakim, à 4 heures pour la chanson à boire des jeunes Gnomes. J’ai un plan de sept Tomes pour le Nuage de Lumière, chacun en deux parties, avec déjà l’Histoire et les lieux. Je fais des cartes aussi. Il faut dire que mon projet est de le publier, et c’est pour cela que j’attend de vous tous vos commentaires, questions, suggestions, remarques, insultes.

 

Quelles sont tes difficultés ?

Les plus grosses difficultés sont : développer suffisamment, mais ne pas sombrer dans la lourdeur (Hein Balzac ;-). Savoir quels sont tous ces petits trucs qui donne leurs vies au personnages, ainsi que de savoir si je fait bien transparaître leurs personnalités, si elles ne sont pas semblables, s’il y a des éléments contradictoires dans l’une d’elles, etc.… Sinon, il y a toujours les différences de qualité, étant donné que j’écris beaucoup, avec de l’espace entre les chapitres, ça se voit beaucoup par endroit, je trouve. Les Poèmes ? Non, c’est pas le plus difficile. C’est vrai que c’est dur, mais si on laisse son Esprit s’ouvrir, c’est pas trop gênant.

 

Quels sont tes personnages préférés ?

Pour mes personnages sur Visions Fantastiques [1], mon préféré est Atahorexi. Ce Skink, je l’adore, me demandez pas pourquoi, c’est comme ça. Je ferai son histoire, un de ces jours. Quelques-uns l’ont déjà vue, en abrégé. Sinon Lorindil, Kundïn et Xlatoc pas de soucis ( Pour les deux premiers, les véritables personnages et webmasters avaientt donné l’autorisation exceptionnelle de reprendre ces noms ;-) NDLR ). Parvati, c’est un peu de moi : mon côté feu et barbare. J’aime les tigres, donc j’aime les Rakshasas de la mythologie Hindoue, donc il m’en fallait sur Irkice. Valald, c’est bizarre : il contient ce que j’aime, mais aussi ce que je déteste (jugements hâtifs, méfiance, jalousie, mais loyauté, grâce, druide, courage). En fait, il est un à la fois moi et mon contraire. Mes récits contiennent forcément de moi-même, puisqu’ils viennent de moi. Beaucoup de personnages sont et seront des parties de moi. D’autres sont et seront inventés, puisés dans mes souvenirs ou mes connaissances. Ma préférée, c’est Alarisse, mais on ne l’a pas encore vue.

 

Quels sont les mieux réussis à ton goût ?

Ceux que je pense avoir le mieux réussis sont, Atahorexi, Xlatoc, Valald, Lorindil et Kundïn. Les autres ne sont dévoilés qu’à 20%, je ne peux donc encore juger. En revanche, ceux-là sont dévoilés à au moins 50%, et ils me conviennent. Je me suis beaucoup amusé pour faire Grodreck Marteau d’Argent, et c’est le mieux réussit pour l’instant sans doute possible. Comme je le disais, Alarisse demeure ma préférée, mon héroïne. Elle est un peu tout pour moi, c’est pour cela qu’elle reste secrète.

 

Quels sont les qualités principales ou défauts de tes personnages ?

La qualité principale reste celle d’écouter son âme et son cœur à chaque instant, même au cœur d’une bataille, dans le sang et les cris, même en prison, même en Enfer. Sinon, j’aime la grâce, la spiritualité, la loyauté, la dévotion, le don de soi, l’imagination, la protection, le pardon, la crédibilité en tout (mais pas la naïveté, c’est différent), la méditation. Les défauts que j’exècre sont la méfiance, l’inconstance, l’hypocrisie, la cupidité, l’égoïsme (tiens, le Duc Laîendel), la manipulation des autres, les jugements idiots, l’interprétation de tout et n’importe quoi en ne prenant pour base que ce qui nous intéresse pour démontrer ce qu’on veux (ce qu’on fait en Maths quoi ;-), l’omission volontaire des choses.

 

Souhaiterais-tu voir ton récit illustré ?

Les illustrations de mes récits me plairaient bien. Je connais quelqu’un qui dessine excellemment bien. Personnellement, j’adore le styles des affiches de Star Wars, et mon plus grand désir et de voir Le Nuage de Lumière avec une couverture comme ça. Par contre, je suis incapable de dessiner quoi que se soit correctement, sauf le style grec : tout plat, sans perspective ni ombre. Là, je suis très bon ;-)

 

As-tu une anecdote concernant ton récit ?

J’aimerais vous raconter comment m’est venue Alarisse. Ah, Alarisse…Alarisse fut un de mes rêves d’enfant, vous savez, ceux qu’on fait quand on est tout petit et qui sont incompréhensibles parce qu’on a pas de base pour les interpréter, même quand on grandi. En bien, Alarisse fut le personnage d’un de ces rêves. Et depuis mon réveil, je ne l’ai jamais oubliée. Quand le moment est venu de concrétiser mes rêves, j’avais toujours su que c’était elle qu’il me fallait pour héroïne. Elle me hante depuis mon plus jeune âge, c’est elle mon, mes rêves. Elle est maintenant dans toutes mes nuits. C’est un peu mon guide dans l’obscurité de mon subconscient. J’ai qu’a penser à elle pour me sortir de la plupart des emmerdes. Non, je ne suis pas schizophrène, mais un rêve important est toujours un petit peu vivant, quelque part.

 

As-tu une dernière chose à dire pour ta défense ? ;-)

J’aimerais dire une chose, elle s’adresse à tout le monde, mais surtout à certaines personnes qui se reconnaîtront, et qui me lirons, enfin, je l’espère. C’est une phrase de Tolkien : « Elen silla lùmenni, omentielvo. » Elle signifie : « Une étoile brille sur l’heure de notre rencontre. »

A cette phrase, j’ajouterais : souvenez-vous du serment de Kundïn et Valald. L’amitié est une chose exceptionnelle, que ni le temps, ni la distance, ni les moyens de communication ne doivent pouvoir altérer.


[1] Note du transfereur : Lien externe vers http://fantasticview.jeuxderoles.com/ mort.

Log in to comment